Home Conseils voyageurs Astuces pour survivre à un vol long courrier

Astuces pour survivre à un vol long courrier

Ecrit par Agathe 9 août 2017
vol long courrier

Maintenant que vous avez trouvé un vol pas cher… Il ne reste plus qu’à savoir comment le passer dans les meilleures conditions ! Et pour ça, voici nos petites astuces pour survivre à un vol, et surtout à un vol long courrier (on utilise le terme “long courrier” pour les vols de plus de 5h).

 

On a eu l’occasion de pas mal prendre l’avion ces dernières années. Et partir à l’autre bout du monde c’est cool, mais les 19h pour y arriver beaucoup moins !  On a donc trouvé des petits trucs pour survivre à un vol long courrier, avec turbulences, voisins qui puent, bébés qui pleurent, températures polaires, correspondances…

 

Comment survivre à un vol long courrier ?

 

1. La compagnie aérienne

Avoir un bon service pendant un vol long courrier fait pas mal la différence… Il est possible de comparer les compagnies sur tripadvisor. Si possible, pensez à vérifier le type d’avion que vous allez avoir avant de partir (c’est souvent indiqué sur les sites des compagnies), pour savoir si il faut prévoir un ordinateur, des films…

 

2. Organiser ses bagages

Quoi de mieux pour commencer les vacances, que d’arriver sans sa valise ? :p Retourner son slip pour tenir 4 jours, ça peut se faire mais non merci !

En général, pour un vol long courrier, on a le droit à un accessoire (sac à main…), un bagage cabine de 55 x 35 x 25 cm et 10 kg maximum, et un bagage en soute de 158 x 158 x 158 cm et 23 kg maximum. (Attention à bien vous renseigner avant de partir, le poids peut varier de quelques kilos en fonction de la compagnie).

  • L’ accessoire et le bagage en cabine

C’est toujours pratique de regrouper les affaires indispensables et dont on a besoin rapidement dans son sac à main. Passeport, élastique à cheveux, chewing-gum (pratique pour la pression dans les oreilles), stylo… Pour les filles, pensez à prendre votre pilule sur vous. Surtout si c’est un vol long courrier 😉

Personnellement, je mets toujours mes affaires de valeur et fragiles dans mon bagage en cabine. La compagnie peut perdre mon bagage en soute, mais je sais que je fais hyper attention à mon bagage à main. Donc peu de chance de le perdre ou de l’écraser. Appareil photo, ordinateurs, quelques bijoux… Aussi, on me dit toujours de le faire mais je ne le fais jamais (haaan, jusqu’au jour où ça va m’arriver et je serais dég !), c’est de prévoir quelques vêtements de rechange pour tenir quelques jours. “Au cas où” la compagnie perdrait notre bagage en soute.

  • Le bagage en soute

Pour éviter de perdre du temps en cherchant votre valise sur le tapis roulant, essayer de la différencier au maximum ! Couleurs flashy, autocollants, petits rubans de couleur etc… En plus, ça évitera que quelqu’un ne confonde votre valise avec la sienne. Pensez également à y glisser une photocopie de votre passeport, au cas où vous le perdriez.

 

3. Réserver intelligemment

Si vous avez pris au moins cher, et que vous ne pouvez pas être surclassé, il est important de réfléchir avant de choisir son siège (quand on peut !)

Si vous choisissez un siège près d’une cloison, vous n’aurez pas de siège devant vous, et donc la place pour vos pieds. Mais bien souvent, les compagnies utilisent ces endroits pour installer les couffins. Et Couffins = bébés = pleures = “Haaaaaaaaa, mais jetez-le par le hublot !”

Les sièges du fond sont parfaits pour accéder aux toilettes, mais juste derrière les moteurs ! Donc bonjour les éventuelles mauvaises odeurs et le bruit…

Si vous voyagez à deux, l’astuce est de réserver un siège côté hublot, et un siège près du couloir. Il y a peu de chance qu’une personne prenne le siège entre vous deux (sauf si le vol est complet). Vous aurez donc de la place pour vous étaler ! Le luxe pendant un vol long courrier. Et au pire, si quelqu’un réserve, il voudra sûrement bien échanger avec vous une place pour que vous soyez avec votre moitié.

 

4. Être confortable

Un sweat bien chaud, un jogging et des baskets, rien de mieux pour se sentir super bien en avion ! De toute façon beaucoup de gens le font, donc on s’en fout si on a l’air con. À chaque fois que je vois des personnes en jupe et talons qui prennent l’avion, je ne peux pas m’empêcher de me faire la reflexion en me disant que de 1, ils doivent se cailler, et de 2, ça doit vraiment pas être confortable !

Bien souvent, même si on se rend dans un pays tropical où on sait qu’il va faire 50°C sur le tarmac, il y a un micro-climat dans l’avion, et il fait -15°C. Certaines compagnies font payer les couvertures (notamment pour les vols en éco ou éco avec restriction). Pensez donc à prévoir quelque chose de chaud à vous mettre sur le dos.

 

5. Le kit de survie

Pour survivre au froid polaire :

Des bonnes chaussettes et un sweat à capuche.

 

Pour survivre au voisin qui pue :

Un petit flaçon ou roll-on d’huile essentielle à se mettre sous le nez (du style menthe, ou petit grain bigarade pour en plus se détendre).

 

Pour survivre au bébé qui pleure :

Des boules quies, un masque pour dormir et des écouteurs.

 

Pour survivre à la clim :

Un baume à lèvres, une ou deux petites bouteilles d’eau (attention, à la caféine et l’alcool qui dessèchent…), une brosse à dent, un mini tube de dentifrice, de la crème hydratante… Et même un collyre pour éviter d’avoir les yeux secs.

 

6. De quoi s’occuper

De plus en plus d’avion sont maintenant équipés d’écrans, mais ça peut arriver qu’il n’y en ai pas, ou les séries disponibles ne nous intéressent pas. Si vous êtes abonné à Netflix, pensez à mettre la série que vous voulez regarder en accès hors ligne avant de partir.

Et pour les 30 minutes au décollage / atterrissage où les ordinateurs sont interdis, pensez à prendre de quoi bouquiner 😉

 

7. Bouger !

Même si un marathon de série est bien tentant…  Rester assis pendant plusieurs heures n’est pas vraiment une bonne idée. Les risques de faire une phlébite sont multipliés lorsque l’on est en altitude. C’est la formation d’un caillot de sang qui peut entrainer une embolie pulmonaire, parfois mortelle. (Oui oui, c’est une de mes phobies en avion donc je m’y connais ! ^^)
Le meilleur moyen pour éviter d’en arriver là, c’est de boire suffisamment (de l’eau bien sûr !) et se lever régulièrement pour marcher et s’étirer dans les couloirs. Les bas de contentions peuvent également aider à bien faire circuler le sang, même si ils ne sont pas du tout confortables.

Et si vous êtes vraiment, vraiment flippé comme moi pour ça, rien ne vous empêche de demander de l’aspirine 80mg à la pharmacie, et de prendre un sachet par jour, une semaine avant le décollage. Ca fluidifie le sang et réduit ainsi les risques de caillots.

 

8. Être prêt pour le décalage horaire

En général, les repas dans l’avion sont calés sur les heures de repas à votre destination. Pour mieux vivre le décalage horaire, il faut donc essayer au maximum de s’y faire. Et donc de manger aux heures de repas, même si vous n’avez pas très faim. De même pour le sommeil. Lorsque tout est éteint à bord, c’est qu’il faut dormir.

 

9. Se préparer psychologiquement aux turbulences

On a eu l’occasion d’entendre le pilote crier “Hôtesses, assise !!” au micro en plein vol, et les avoir vus abandonner tout ce qu’elles étaient entrain de faire pour aller s’assoir en vitesse juste avant des turbulences de folies… Et pourtant, on est toujours bien vivants ! Après avoir perdu beaucoup d’altitude, notre avion a quand même bien atterri en un seul morceau…

Alors oui, ça fait peur, et sur le coup on dirait qu’on part en chute libre, mais dites vous juste que c’est impossible (ou très très très rare) que l’avion s’écrase. Même avec un, voir deux réacteurs en panne, il peut toujours planer. Donc les turbulences et les trous d’airs, oui c’est désagréable et ça fait toujours un peu flipper, mais rassurez-vous, l’avion ne va pas s’écraser à cause d’elles !
Si vraiment les turbulences vous donnent mal au coeur, vous pouvez aussi bouger par vous même lorsqu’elles arrivent. Tout le monde bougera à cause d’elles donc personne ne se rendra compte que vous bouger par vous même. Le fait de faire ça atténue la sensation désagréable qu’ont les turbulences sur notre corps.

 

Vous êtes maintenant prêts pour survivre à un vol long courrier et profiter pleinement de vos vacances ! Et si vous aussi, vous avez des astuces, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires ! 😉 

Vous aimerez aussi

Nous laisser un petit mot !