Home Canada Acheter et immatriculer un véhicule au Québec

Acheter et immatriculer un véhicule au Québec

Ecrit par Agathe 7 mai 2016
acheter immatriculer vehicule roadtrip quebec

Ça y est, on a acheté (et fait immatriculer) notre voiture qui va nous faire office de maison roulante pour notre roadtrip ! On a vraiment eu une chance de malade… Même pas eu besoin de chercher, la voiture nous attendait déjà !

C’est une Pontiac Montana SV6 de 2007. Rien que le nom, je sais pas vous mais je trouve que ça sonne “aventurier” !

On en a déjà parlé dans le Fais tes valises Weekly #1, mais si vous n’avez pas suivi, nous logeons actuellement dans un Airbnb. Et l’hiver dernier, un couple d’Allemands ayant également fait un road trip Canada-Usa, ont laissé leur voiture à la personne chez qui nous logeons, pour la vendre au printemps. Un coup du hasard qui nous arrange pas mal !

 

Avant tout, ce qu’il faut savoir : 

  • Il est préférable d’acheter le véhicule dans la même région que celle dans laquelle vous allez le faire immatriculer. Le Québec tant qu’à faire, pour tout faire en “français”. Si ce n’est pas le cas, vous allez devoir passer une inspection. (Même si vous en avez déjà fait une un mois auparavant dans une autre région). Elle vous coûtera 95$. Cette inspection est obligatoire et vous dira quelles réparations doivent être faites pour pouvoir rouler. En fonction de l’inspection, vous pouvez demander des devis dans différents garages. Le but étant d’obtenir le meilleur prix.
  • Si le véhicule a plus de 25 ans, vous devrez le faire estimer. Car il est considéré comme une “antiquité” et sa valeur peut être plus grande que ce que vous l’avez payé. Et vous payerez donc la taxe d’immatriculation en fonction de la valeur la plus forte évidemment. L’estimation par un spécialiste coûte environ 100$.
  • Il faut savoir qu’en cas d’infraction du code de la route, il n’est pas possible de perdre des points sur notre permis français. Mais par contre, il est possible d’avoir une interdiction de rouler sur le territoire si on en fait trop. Et donc être radié de la SAAQ (Société de l’assurance automobile du Québéc : équivalent du service immatriculation en préfecture). Par exemple, rouler 20km/h au dessus de la vitesse limitée, ou dépasser un bus scolaire pendant qu’il est arrêté au panneau stop, avec les feux arrière allumés… Cette infraction fait perdre 9 points sur le permis québécois !

 

1. Acheter une voiture

En temps normal, il est possible de trouver une voiture d’occasion sur kijiji ou craigslist. Ce sont les équivalents canadiens de Leboncoin en France. Mais le nombre de demandes est tellement élevé sur Montréal, et encore plus pour le type de véhicule que nous cherchions (une voiture 7-8 places), que ça ne rend pas la chose facile… Beaucoup de pvtistes recherchent pendant des semaines. Jusqu’à finir parfois par aller directement en concession. Ce qui est souvent plus cher, et pas forcément plus sûr.

Ici, le contrôle technique n’existe pas. Rien ne garantit donc qu’une voiture est dans un bon état pour rouler. Il est donc fortement conseillé de faire un check-up chez le garagiste AVANT d’acheter le véhicule. Il faut compter entre 45 et 120$ le check-up, en fonction du garagiste. Parfois, le vendeur accepte de prendre la moitié de ce check-up à sa charge.

Trouver un bon garagiste pour ce check-up n’est pas une chose facile non plus… Il parait qu’ils voient venir les “frenchies”, et gonflent leur prix et/ou trouvent des réparations inutiles. C’est donc mieux si on peut être accompagné par un québécois.

Dans notre cas, comme on ne savait pas du tout où aller, nous avons posté un message sur le groupe “PVTistes à Montréal” sur facebook. Et une personne nous a recommandé le garagiste “Bois Vert” quartier Villeray-Saint-Michel.

Et heureusement qu’on a bien fait ce check-up avant l’achat ! Parce que sinon nous aurions acheté le véhicule beaucoup trop cher par rapport à tout ce qu’il fallait réparer ! Le garagiste nous a carrément fait rentrer dans l’atelier, pour nous montrer le dessous de la voiture, et tout nous expliquer. On lui a dit directement que c’était pour faire un road-trip d’environ 20 000 km, en passant par les Rocheuses. Et il a pu nous conseiller, sur les choses qu’il fallait réparer. Et aussi les autres qui pouvaient être réparées, mais qui n’étaient pas nécessaire pour notre road-trip. N’ayant aucune idée des prix d’une voiture au Canada, il nous a même aidé sur le prix à négocier, pour que ce soit quand même rentable pour nous avec toutes les réparations à faire. Donc une super adresse !

Si jamais des pvtistes en galère de garagiste passent par là, voici ses coordonnées : Garage Bois Vert, 2232 Rue L.-O.-David, Montréal, QC H2E 1L5.

 

De retour à la maison, c’est la que les choses sérieuses commencent ! Pas du tout à l’aise, et sachant que cette solution était pour nous un peu du tout cuit, c’était un peu délicat de négocier le prix de la voiture… On a sorti le papier du garagiste, indiquant les réparations à faire. Et on explique un peu gênés que notre budget voiture ne nous permet pas de mettre plus de 1 500 $ pour l’achat.

Le lendemain matin, notre hôte nous en propose 1 200 $ ! On fait un peu les dubitatifs… On répond qu’on va réfléchir… (Même si dans nos têtes la décision est déjà prise !) Et on confirme l’achat le soir.

N’hésitez donc pas à négocier un peu le prix, si vous voyez que les réparations vont vous coûter un deuxième bras. En général, il y a des chances que le vendeur soit d’accord, si votre proposition n’est pas non plus trop basse.

2. Immatriculer le véhicule

Après avoir acheté la voiture, on dispose ensuite de 15 jours pour faire changer l’immatriculation, et mettre les papiers à nos noms.

Pour faire immatriculer un véhicule, il faut se rendre à un bureau SAAQ avec le vendeur.

Il faut alors :
– Montrer votre permis de conduire (permis français ou permis Québécois si vous l’avez déjà demandé),
– Donner le kilométrage du véhicule,
– Payer la nouvelle plaque d’immatriculation pour un an.

Le vendeur quant à lui, doit montrer le certificat d’immatriculation du véhicule.

La SAAQ nous donne ensuite notre plaque d’immatriculation neuve, à fixer sur le véhicule, et un nouveau certificat d’immatriculation.

 

3 choses sont à payer à la SAAQ : la taxe sur la vente, les charge pour l’immatriculer, et une assurance.
Taxe sur la vente :
Elle est de 9,975% de la valeur du véhicule. Avant, si on déclarait acheter le véhicule pour une toute petite somme, la taxe ne coutait donc quasiment rien. Mais en raison des nombreux abus, le prix est aujourd’hui fixé selon l’équivalent de l’argus Canadien. C’est une sorte de liste qu’ont les agents de la SAAQ.
Par exemple, nous avons acheté notre voiture 1 200 $, mais selon son année et kilométrage, elle vaut encore 3 000 $ à “l’argus Canadien”. Ce qui est un peu con, parce que la voiture peut très bien avoir été super bien entretenue et valoir ces 3 000 $… Ou alors n’avoir pas du tout été entretenue, être une vraie poubelle, et ne plus les valoir du tout… On a donc payé 300$ pour la taxe sur la vente seule.
Gardez quand même en tête que cette liste dont dispose la SAAQ estime les valeurs des véhicules qui ont jusqu’à 10 ans. Donc si on est en 2016, que vous avez le choix entre une voiture de 2005 ou de 2006, et que les 2 sont à peu près équivalentes sur la qualité et le prix, considérez le fait que la voiture de 2005 ne pourra pas être estimée. Et que du coup la taxe portera sur le prix de vente, et non sur un prix que la SAAQ aura déterminé.

Immatriculation :
Le montant pour immatriculer la voiture est une charge annuelle, qui vaut 114$. Il faut la payer tous les ans, au mois correspondant à notre nom de famille. Pour Méglinky par exemple, le mois que m’a attribué la SAAQ est août. J’ai donc dû payer 29$ pour avoir ma plaque d’immatriculation valable aujourd’hui (2 mai 2016) jusqu’au 31 août 2016. Puis 114$ pour avoir ma plaque du 31 août 2016 au 31 août 2017. Donc en tout 143$ pour la plaque d’immatriculation.

Assurance et frais administratifs :

“Le régime public d’assurance automobile protège tous les Québécois en cas de blessures ou de décès résultant d’un accident de la route.”
Cette assurance coûte 69,42$ à l’année, et est gérée par la province du Québec. Comme pour l’immatriculation, c’est géré à l’année. On a donc payé 86,77$ pour l’assurance, taxes incluses, entre le 2 mai 2016 et le 31 août 2017.

En ajoutant les 11$ de frais administratifs, on arrive (dans notre cas) à un joli total de 540$.

En résumé : 9.975% du prix de la voiture + 114$ par an + 69,42$ par an + 11$ !
Pour plus d’information sur ces 3 derniers points, vous pouvez vous rendre sur le site de la SAAQ.

Et voilà ! Une fois la voiture trouvée, et immatriculée on peut… ah ba non, on ne peut pas rouler avec ! Comme en France, il est interdit de rouler sans assurance… Prochaine étape donc : Assurer un véhicule !

 

bon plan

Petit conseil, évitez la SAAQ de Henri Bourassa, il y a toujours énormément de monde et l’attente peut être longue.
Nous sommes allés à celle rue Molson (4949 Rue Molson, H1Y 3H6), et nous avons attendus environ 20 minutes, un lundi en début d’aprem.
Apparemment, celle de Berri-Uqam est également accessible.

Et enfin, vocabulaire à connaître lors de l’achat d’un char ! 

Breaks = Freins
Prestone = Liquide de refroidissement
Tête de moteur = Culasse
Hose = Durite
Gasket de tête = Joint de culasse
Courroie de synchronisation = Courroie de transmission
“ça brûle des tires” = ça crame pas des voitures, mais “ça a de la puissance”

 

Vous savez maintenant tout sur comment acheter et immatriculer un véhicule au Québec. Vous pensez avoir fait le plus dur, mais ce n’est pas tout à fait le cas…  Il faut maintenant réussir à l’assurer

2 commentaires
0

Vous aimerez aussi

2 commentaires

Ant 7 mai 2016 à 23 h 13 min

Intéressant tout ça ! Mais les photos de la voiture ??

Répondre
FaisTesValises
FaisTesValises 7 mai 2016 à 23 h 53 min

Elles arrivent très vite 😉

Répondre

Nous laisser un petit mot !